la musique

 

 

 

Entrer dans la fiction…

 

Outre son travail d’écriture et de mise en scène, Camille Germser compose toutes les séquences musicales de ses spectacles. Mais que l’on ne s’y méprenne, ses créations originales ne se veulent ni avant-gardistes ni novatrices. Les références sont nombreuses. Pour autant, la composition est au service de l’alchimie. Elle est confectionnée à la mesure des comédiennes, du propos et des enjeux ; elle transporte l’action, lie la scénographie et augmente les costumes. A la façon d’une musique de film, elle crée une cohérence de contexte. Enfin, elle provoque la danse et le chant, que l’on voit se décliner sous toutes ses formes (lead vocal, ensembles variables, polyphonies jazz, polyphonies de chœur, mono lead, lyrique, folk,...).

Pour répondre aux différents registres d’orchestration et d’arrangement, l’omniprésence de la musique requiert un large éventail d’instrumentations. Son exécution est donc soumise à une programmation rigoureuse. A ce travail s’ajoute fréquemment un façonnage du son. Simple traitement de prises ou montage complexe de bruitages (La Flûte, Suzanne, Le Syndrome de Taylor), l’environnement sonore peut devenir une réelle partition à son tour.

 

 

… céder à l’illusion

 

La musique crée l’illusion et restitue la fiction. Elle se pose tantôt comme prétexte à fédérer nos palpitations, tantôt comme pilier de la dimension parodique, ou encore comme une invitation à lâcher prise. Elle sert le rêve des actrices et, pour une telle entreprise, tous les clichés semblent autorisés. Si l’on fait miroiter le clinquant du music-hall, c’est la fronde aguicheuse et criarde qui nous entrainera ; si l’on doit conquérir Broadway, on verra brandir les cuivres et entonner les rengaines aux rythmes jubilatoires et expansifs. Enfin, si Hollywood se trouvait au bout du chemin, tâchons surtout de ne pas contrarier les blockbusters. Voilà le point de mire que les actrices de la Boulangerie ne quitteront pas des yeux une seule seconde, avec toute l’avidité que le magnétisme des médias de l’image doit à la musique. Ainsi, l’approche musicale de Camille Germser est semblable à celle d’un compositeur de musique de film. La création musicale est à la fois le prétexte initial et l’étape finale de tout chantier.

 

 

Bunny - Les Précieuses ridicules
00:00 / 00:00
Chaudes Précieuses - Les Pécieuses ridicules
00:00 / 00:00
Chat de Précieuses - Les Précieuses ridicules
00:00 / 00:00
Parade de Précieuses - Les Précieuses ridicules
00:00 / 00:00
Ouverture - Les Précieuses ridicules
00:00 / 00:00
Femmes de 82 - La Sublime Revanche
00:00 / 00:00
Boarding Time - La Sublime Revanche
00:00 / 00:00
Exit Music - La Sublime Revanche
00:00 / 00:00
Rosace 13 - La Sublime Revanche
00:00 / 00:00
I'm in Heaven - Le Syndrome de Taylor
00:00 / 00:00
Les Voix de Sisyphe - Two Ladies
00:00 / 00:00
French Cancan - La Sublime Revanche
00:00 / 00:00
Le Guide - Le Syndrome de Taylor
00:00 / 00:00
Le Cabinet - Cheek To Cheek
00:00 / 00:00
Open Barb II - Cheek To Cheek
00:00 / 00:00
L'Inventaire - Cheek To Cheek
00:00 / 00:00
La Boule - Cheek To Cheek
00:00 / 00:00
La Mise en Abyme - Two Ladies
00:00 / 00:00
L'Olympe - Les Muses
00:00 / 00:00
Sie Kommt - La Flûte
00:00 / 00:00
Le Grand Recoupement - La Flûte
00:00 / 00:00