Les Précieuses ridicules

Synopsis   .   Teaser   .   Générique   .   Presse   .   Dossier complet   .   Photos

Synopsis

 

Voici un vaudeville au rythme effréné qui se joue dans un espace où rien n’est droit, ni fiable, ni stable. Les portes qui claquent, les gamelles qui tombent, les esclaffements, exclamations et cris sont autant de ponctuations à jouer qu’il y a de répliques. Dans l’évolution de cette partition, la décadence gagne du terrain et les codes flagrants de ce spectacle sont remis en question les uns après les autres. Le jeu peut être rompu à tout instant, les effets spéciaux peuvent rater, alors que toutes les tangentes sont prises pour fuir la réalité du texte et se réfugier dans l’illusoire de la musique et des mondes merveilleux - ou pitoyables - qu’elle dessine.

 

Nos précieuses sont instables et changeantes, calculatrices et mielleuses - mais au fond naïves et sottes -, comme de jeunes actrices à qui l’on aurait fait miroiter d’alléchantes perspectives de carrière. Elles ont bien quelques intentions de manières délicates et raffinées mais s’oublient trop vite et trahissent leur vraie nature de jeunes premières, serviles et déterminées. Ces manières deviennent alors tapageuses et vulgaires.

 

A l’occasion de la venue d’un marquis de pacotille, le tea-time tourne à l’orgie. Nos précieuses auraient sans doute été bonnes coucheuses, hélas, la préciosité ne l’autorise pas. Mais les bavures existent et, sous leurs velléités de bel esprit, nos ambitieuses cachent une volonté vorace de harpies prêtes à tout, les rendant hypocrites et sans scrupules.

 

 

 

 

Générique

 

Adaptation et musique / Mise en scène

Camille Germser

 

Avec

Ana Benito, Sahra Daugreilh, Clotilde Fargeix, Barbara Galtier, Laure Giappiconi, Julie Morel, Marianne Pommier, Laetitia Villemaux

 

Conseil à la dramaturgie

Nicolas Pierchon

 

Scénographie

Caroline Oriot

 

Lumières

Sébastien Dumas

 

Son

Michaël Selam

 

Costumes

Camille Germser, Agathe Trotignon

 

 

 

 

Confection

Elisabeth Germser, Françoise Morel, Katherine Pommier, Agathe Trotignon

 

Construction

Laurence Breton, Claire Gringore, Fanny Gautreau, Caroline Oriot

 

Régie générale

Caroline Oriot

 

Administration et production

Manon Lévêque, Philippe Mangenot

 

Coproduction

Compagnie La Boulangerie

Théâtre du Point du Jour

 

Durée

2h20 (avec entracte)

 

 

La presse en parle

 

 

23 décembre 2014 - Trina Mounier, lestroiscoups.com

 

Travestissements, hyperboles, néologismes en tous sens et à tout-va, métaphores en cascade et surtout impeccable direction d’actrices sont les maîtres mots de cette comédie jubilatoire.

 

> Article complet

19 décembre 2014 - Vincent Raymond, stimento.fr

 

Camille Germser n’adapte pas la comédie de Molière ; il s’en empare et la monte comme un bijoutier un diamant sur une rivière : en dosant scintillement subtil et clinquant canaille. Jubilatoire !

 

(...) La plus grande réussite de ces Précieuses ridicules, c’est cette partition originale qui accompagne et ponctue l’ensemble de la pièce. Composée par Camille Germser à la manière des scores du cinéma hollywoodien des années quarante ou cinquante, elle restitue dès la première note, le premier tintement de cloche, l’atmosphère des comédies musicales de Minelli, des productions de Selznick.

 

> Article complet

19 décembre 2014 - Willem Hardouin, lenvoleeculturelle.fr

 

Un grand bol d’air frais, un réjouissant n’importe-quoi, un joyeux bordel qui, étrangement, est d’une vitalité débordante.

Cette recréation de la pièce iconique de Molière est, à dire vrai, un total travestissement, que l’on ne peut que recommander pour vos zygomatiques.

 

(...) Les costumes sont somptueux : paillettes et plumes sont au rendez-vous, dans un kitsch éblouissant, et combinent bien le titre : c’est précieux, c’est ridicule. Les lumières sont exceptionnellement bien choisies : tout met en valeur chacun des mouvements de danse, ou de joie des comédiennes. Le son est ébouriffant : on a presque envie de chanter avec elles.

 

> Article complet