La Sublime Revanche

Synopsis   .   Teaser   .   Générique   .   Presse   .   Dossier complet   .   Photos

 

Synopsis

En 1973, un groupe de jeunes femmes, danseuses dans différents cabarets parisiens, fondait un syndicat pour se réapproprier corps et spectacle. Chacune fut licenciée sur-le-champ. Un an plus tard, elles se retrouvèrent pour monter leur propre revue. Ce spectacle fit salle comble et scandale durant trois mois, au Théâtre du Soupirail, à Paris.

 

La Sublime Revanche est une reconstitution de cette revue, dont l’art réside entièrement dans le doute entre vrai et faux, amateurisme trompeur et professionnalisme hasardeux... mais de quoi au juste ? De ce que l’on veut. On peut tout être ici : girl parmi les girls, ventriloque, prestidigitateur, médecin légiste, Wonder Woman, sinon LA meneuse de revue. Tout s’invente et se consume.

 

Menées par une conscience commune, huit comédiennes pervertissent l’univers très calibré du music-hall pour en faire émerger à la fois leur singularité et leur normalité. A quoi jouent ces femmes ? Quelles sont leurs armes ? L’illusion du théâtre ? Une chose est certaine : elles font comme elles l’entendent et ne révèlent, sous l’artifice, rien d’autre qu’elles-mêmes. 

 

C’est au travers de ces individualités que la Sublime Revanche se joue de l’idée reçue de vacuité au music-hall. A l’image de l’individu qui se construit de ce dont il se remplit à travers la vie, Camille Germser flirte doucement avec l’idée de pouvoir mettre ce qu’on veut dans ce qui est creux.

 

Quant à la scène de cabaret, elle est le siège de l’illusion qui, dans son royaume, l’emporte sur la réalité. Reste à savoir si le vice-versa se vérifie dans notre quotidien, en jaugeant au passage notre propension à faire semblant dans la vie, la vraie...

 

Générique

 

Musique et livret / Mise en scène et chorégraphie

Camille Germser

 

Avec

Ana Benito, Elodie Colin, Sahra Daugreihl, Barbara Galtier, Laure Giappiconi, Rafaèle Huou, Julie Morel, Lætitia Villemaux, Roger Germser (maître de cérémonie), Simone Hérault (voix)

 

Assistanat à la mise en scène

Raphaêle Germser

 

Scénographie

Caroline Oriot

 

Construction

Caroline Oriot, Laurence Breton, Fanny Gautreau

 

Lumières

Sébastien Dumas  

 

Son

Michaël Selam

 

 

 

Costumes

Œuvre commune de

Marie-Frédérique Fillion, Armindo Faustino,

Mathilde Boffard, Emilie Piat, Ana Benito, Emmanuelle Bleicher, Elisabeth Germser, Raphaële Germser, Françoise Morel, Julie Morel, Hervé Pelletier, Katherine Pommier

 

Parures et plumes

Camille Germser

 

Toile peinte

Claire Gringore, Caroline Oriot

 

Administration et production

Philippe Mangenot

 

Coproduction

Compagnie La Boulangerie,

Théâtre du Point du Jour,

Théâtre de la Renaissance

 

Durée 

1h50

 

La presse en parle

17 juillet 2007 - L’Humanité

 

Amoureux du music-hall, réjouissez-vous, voilà un spectacle qui renouvelle le genre. Camille Germser en a composé avec brio la féerique partition. Nourries à l’autodérision, à l’absurde, et jouant du vrai-faux, les comédiennes puisent à l’énergie du genre de la revue pour révéler les rapports féminins impitoyables, pour moquer les canons de beauté actuels, ou encore rendre étanche la frontière avec le public... voilà une revue tonique !

 

 

3 décembre 2008 - Jean-Marie Wynants, Le Soir

 

Découvert dans le festival off d'Avignon en 2007, ce spectacle est un petit biou où les surprises surgssent de partout (...) Suscitant des cascades de rire, cette Sublime Revanche déborde également d'émotion et renouvelle aussi bien l'art du théâtre que celui du cabaret. De quoi réjouir tous les publics. 

 

> Article complet

29 octobre 2011 - Trina Mounier, Les Trois Coups.com

 

La revue en elle-même est impeccable ! Mais loin de nous séduire uniquement par les codes du genre, culte de l’artifice et art de l’illusion, Camille Germser multiplie les entrées, sculptant au passage de  vrais portraits de femmes qui évoquent Tournée de Mathieu Amalric, multipliant les déparages en tout genre, jouant avec les clichés, allumant dans les yeux des spectateurs des étincelles plus complices et joyeuses qu’égrillardes, surprenant toujours par des pirouettes tant réelles que figurées. C’est drôle, c’est joyeux, le public adore ça et il en redemande : la magie est au rendez-vous et on en sort plus intelligent, un peu meilleur aussi. Que demander de plus ?

 

> Article complet

5 novembre 2011 - Thierry Voisin, Télérama.fr

 

Une fable musicale à plumes qui conte l’histoire des show girls féministes qui, dans les années 70, après s’être fait virer de leur cabaret, montent leur propre spectacle. Sans rien perdre du plaisir de l’artifice et du clinquant qui fait le charme du genre, et nourri d’un jeu théâtral de belle tenue (avec un rien de désinvolture), le spectacle pétillant de Camille Germser, qui conçoit et réalise lui-même la musique, la mise en scène, les décors et les costumes, est l’égal de ceux des grands cabarets parisiens. Bravissimo !

 

> Article complet